6 octobre 2022

Et si on rentrait ? (partie 2)

Quand les maux du corps nous guident. 

Une douleur ou gêne physique persistante malgré un bilan clinique qui n’a rien décelé, une maladie qui récidive, une énième blessure toujours au même endroit ou du même côté : qu’est-ce-qui fait que certains maux insistent et se localisent de manière très ciblée ?

Toute notre histoire est imprimée dans notre corps. Chaque tissu est porteur d’une mémoire, parfois accompagnée de sa charge émotionnelle. Ce corps, qui abrite à la fois une intelligence cellulaire extraordinaire et notre âme, sait tout de nous, y compris ce que nous avons oublié. C’est pourquoi il peut nous alerter, si ce qui a été oublié a laissé des traces qui nuisent à notre santé et/ou à notre avancée spirituelle. Comment va-t-il attirer notre attention ? Voici quelques exemples :

En générant une douleur ou un symptôme récurrent
La douleur est une alerte, une récidive aussi. Elles indiquent qu’il y a besoin d’aller plus loin dans l’écoute et le diagnostic.
Lorsqu’il y a une blessure physique avérée, notre premier réflexe est souvent d’aller vers des professionnels de santé qui vont traiter les tissus. Si la blessure a été occasionnée dans un contexte émotionnellement confrontant et que seul l’aspect physique/mécanique a été pris en charge, la douleur finira par se réveiller, voire par persister, même une fois le tissu «cliniquement réparé», afin que les autres dimensions affectées par l’accident puissent être entendues.
Précision : cet article n’est pas là pour dire que l’acte médical classique n’est pas requis (c’est vraiment spécifique à chaque cas et parfois incontournable) ; il indique simplement qu’il est recommandé d’envisager des accompagnements complémentaires, afin de prendre en charge tous les aspects de la douleur, à savoir le symptôme, sa source et son impact dans toutes les dimensions de notre être.

Bon à savoir :
Si vous avez consommé certaines drogues ou été avec un partenaire qui en consommait, sachez qu’elles laissent une empreinte dans votre corps qui peut se localiser de manière assez spécifique, selon les substances, et générer des blocages/symptômes indésirables. C’est ce que j’ai pu constater, après deux années d’accompagnement de personnes ayant consommé, ou dont le partenaire avait consommé, de manière occasionnelle ou régulière, les substances suivantes : cocaïne, MDMA, héroïne, LSD.

En signalant les failles énergétiques
Il arrive que certaines zones de notre corps aient été « désinvesties » : il en résulte alors comme un vide, qui va en faire le lieu de prédilection des chutes/coups/intrusions énergétiques/perte d’équilibre … accentuant ainsi l’affaiblissement de la zone, ce qui n’est pas sans conséquence. Les raisons de ce vide peuvent être diverses, en voici quelques-unes que j’ai pu rencontrer durant mes années de pratique : deuils, mémoires prénatales, choc pré ou post-natal, blessure physique liée à un trauma ou dilemme affectif, NDE, tentative volontaire de sortie du corps qui a mal tourné, tentative de suicide non aboutie ayant impacté le corps de manière non décelable au plan strictement clinique et au-delà du membre direct ayant reçu « la méthode utilisée », organe du corps déjà fragilisé par une empreinte transgénérationnelle/karmique de maladie.
Autre cas : nous avons mis en place des modes de vigilance ou de protection dont nous n’avons pas conscience ou que nous avons mal interprétés : il en résulte une grande dépense d’énergie mal ciblée et parfois des modes d’auto-sabotage. Exemples : troubles du sommeil, rétention ou inflammation ciblée sur certaines zones du corps, pathologies liées à un interdit inscrit dans le corps.

Si la symbolique de la zone du corps qui nous alerte peut nous éclairer sur ce qui se joue, nous sommes des êtres uniques, avec des expériences vécues de manières singulières et seul notre propre corps peut nous indiquer avec précision ce dont nous avons besoin. Alors, comment accéder à ces informations ?
=> Grâce à votre pratique personnelle, si vous maitrisez les états modifiés de conscience via la méditation, le voyage chamanique, la danse médecine/libre/intuitive ou autre, selon vos affinités : l’idée est d’entrer en lien avec la zone du corps concernée, je dirai même « dans la zone elle-même » pour entendre son histoire/message. Surtout, respectez vos limites ! Si le souvenir est trop douloureux, n’hésitez pas à vous faire accompagner pour cette exploration : ce n’est pas parce que la clé est en nous que nous n’avons pas besoin de soutien ou d’éclairage pour y arriver.
=> En faisant appel à un praticien qualifié qui saura aller à la rencontre de votre corps de manière sensible et respectueuse. Critère essentiel pour déterminer votre choix : vous sentir en confiance.
Bien sûr, vous pouvez faire ce travail avec moi (voir infos en fin d’article*).
Dans tous les cas, il y a des chances que vous ayez besoin d’intervenir sur un plan énergétique, émotionnel, voire d’avoir recours au recouvrement d’âme (particularité chamanique) pour aboutir à une prise en charge intégrale de vos maux (je vous proposerai bientôt un article consacré au recouvrement d’âme).

En conclusion : pour toutes ces raisons, non exhaustives, notre corps est, à mes yeux, notre meilleur allié, là où, dans le cas d’une pathologie persistante par exemple, nous pourrions le considérer comme « un ennemi qui nous limite ». Ce n’est qu’en écoutant les parties du corps qui nous alertent que nous pouvons envisager un chemin de guérison qui prend en charge toutes les parts de nous qui ont été affectées par un trauma, qu’il soit d’origine soit physique, mécanique, émotionnel, psychique, transgénérationnel, karmique.

Habiter pleinement notre corps et revenir ainsi au cœur, pour que le meilleur reste à venir.

Taïs Roshem

*Pour travailler cette question avec moi, plusieurs possibilités :
1/le soin sur table (dit « énergétique ») est entièrement basé sur l’écoute du corps. Il s’effectue en présentiel uniquement car cette écoute passe par un contact direct. Il m’arrive régulièrement d’initier des recouvrements d’âmes par ce biais. Le témoignage client laissé par Géraldine sur google est très explicite sur ce soin. Il est consultable en cliquant ici
2/via des rituels et sessions de stage avec moi (possible en individuel)